Compte-rendus de nos précédentes visio-conférences


Retrouvez les conférences sur Youtube:

“La finalité des images: de la grotte Chauvet au selfie” (Yannick Levannier)

https://youtu.be/SXOvcPpxizO
“Le Saint Suaire de Turin” sujet évoqué lors de notre conférence
http://www.lesaintsuairedeturin.net


“La médecine antique: égyptienne et grecque” le 7 mai à 18h (Marie-Laure Barrault)

https://youtu.be/Fdq712cUzdQ

La crise de la COVID peut-elle être comparée aux crises économiques du passé ? le 10 avril à 17h (Gérard Lamarcq)

https://youtu.be/haIMpWSmztU

Les satellites »  le 27 mars à 17h (Francis Fagegaltier)

https://youtu.be/yPGhYsApu2k 

Les oeuvres volées, histoires rocambolesques le 13/03/2021 (Dorothée Censier)

https://youtu.be/gDciR4pvJQo 

Conférence “L’Afrique du Sud, une démocratie contrastée” du 27/02/2021 (Raphaël Porteilla) 

https://youtu.be/19AlKVLzz0M


                                         * * *

“Winston Churchill, un personnage fameux” du 23/04/2021 (Julien Malherbe)

Derrière ces trois symboles que sont la redingote et le haut de forme, le cigare et le V de la victoire, se cache un homme complexe à la naissance noble, au parcours de vies multiples, aux talents brillants, un militaire, un politique, un artiste et… un éternel mélancolique.

Winston Churhill (1874- 1965) a eu une carrière hétéroclite que le conférencier a tenté de cerner en quatre axes:

       – “Black dog” 

       – génie du verbe

       – homme des Arts et des Lettres

       – le mythe

Winston Churchill exerça une carrière politique de 1900 à 1955 et fut député à la Chambre des Communes de 1900 à…1964 !                                                        Elu du parti libéral, conservateur, de grande famille, son objectif était de devenir “Prime Minister”. Son caractère trop trempé l’empêchait d’être apprécié de tous mais il a néanmoins frisé une cote de popularité entre 84 et 92% auprès des Britannique pendant la seconde guerre mondiale (1940-1945); l’homme politique devint alors un mythe. Il connut cependant des périodes fastes et d’autres, plus sombres.

Descendant de John Churchill, premier Duc de Malborough, il avait la vocation militaire ancrée en lui mais ses besoins financiers et son train de vie soutenu l’ont vite amené à une carrière d’écrivain plus lucrative d’abord comme correspondant de guerre (à Cuba et en Inde) puis, avec son sens de la rhétorique, son jeu des mots dont il se servait comme d’armes, il rédigea, outre des discours ciselés, sertis de bons mots, qu’il apprenait par coeur,  pas moins de 27 ouvrages, 3 biographies, 6 volumes de mémoires de guerre. Il obtint le Prix Nobel de littérature en 1953 et fut Chevalier de l’Ordre de la Jarretière par la reine Elisabeth II le 04/04/1955.

Son épouse Clementine qu’il aima amoureusement toute sa vie l’a poussé vers la peinture en dérivatif de son “black dog” (sa dépression chonique). Et, de fait, en excellent peintre, il réalisa 530 tableaux répertoriés inspirés essentiellement du Sud de la France et de l’Afrique du Nord (Maroc, Le Caire). 3 grandes expositions ont présenté au public de Londres et de Paris, ses oeuvres signées d’un pseudonyme, Charles MORIN.                                                                     En mars 2021, une de ses toiles – Marrakech, la Koutoubia – fut vendue 12 M Euros; elle avait été la propriété d’Angelina Joly et Brad Pitt…

                                                                                     

NB: pas de replay disponible suite à un incident technique ayant empêché l’enregistrement de la conférence en direct 

                                                             * * * * * * * 

Les oeuvres volées, histoires rocambolesques du 13/03/2021 (Dorothée Censier)

Regardez aussi la visio-conférence:http://uspt.universitesenonaisepourtous.com/wp-content/uploads/2021/03/Conference-Dorothee-Censier.mp4

ou…« Le musée des œuvres disparues »

 Il a fallu pas moins de deux heures à Dorothée Censier pour dérouler la funeste liste des œuvres d’art volées et définitivement perdues depuis l’Egypte ancienne jusqu’à nos jours ! Liste à laquelle s’ajoutent quelques chiffres effarants qui estiment à 7 milliards de Dollars par an le montant du préjudice mondial, classé au 3ème rang des trafics après la drogue et les armes avec seulement 10% des œuvres volées retrouvées…

D. Censier nous a fait voyager à travers les âges et les lieux en commençant son exposé par les vols dans l’Archéologie et les Arts premiers. Il s’avère que le trafic d’œuvres d’art relève d’une organisation très pointue et mondialisée. En France, par exemple, plus de 30 000 objets ont été pillés dans les cinq dernières années.


Photo : la lionne de Nimrud – musée de Kaboul (IRAK) volée en 2003

Concernant les Arts religieux et arts décoratifs, en 2008, il a été comptabilisé pas moins de 29 vols dans les musées, 74 dans les châteaux et 230 dans les lieux de culte (les moins sécurisés). Ces biens sont revendus à la hauteur de 10% de leur valeur en transitant par des passeurs vers l’étranger où ils atterrissent entre les mains de receleurs, galéristes et autres brocanteurs pour arriver au domicile d’acquéreurs de « bonne foi »…

Nous ne comptons plus les pertes immenses dans l’Art classique dont l’attractivité financière des grandes signatures a amené les voleurs à inventer des modes opératoires aussi multiples qu’ingénieux mêlant la mafia, Cosanostra et les barons de la drogue !

Ni l’Impressionnisme et pré-impressionnisme ni la peinture moderne et contemporaine n’ont été épargnées malgré le développement de la lutte contre ce trafic grâce à l’utilisation de bases de données sans cesse enrichies, de policiers et douaniers spécialement formés (Interpol, OCBC, Base Treima (vols) et Art Loss (spoliations).


Photo : « Golus » Samuel Hirszenberg (1ère œuvre ashkénaze d’une valeur inestimable)

La Sculpture n’est pas épargnée ! La matière première est essentiellement visée quelque soit le poids, la taille, l’encombrement de l’œuvre à voler ; pour exemple, la statue – un personnage –  d’Henry Moore (1951) qui pesait 2,5 tonnes, plus de 3 m de long a été volée, au milieu d’un parc à l’ouest de Londres, grâce à un pick-up, un engin élévateur et quelques hommes en 10 minutes !

Pablo Picasso fut le peintre le plus prolifique mais aussi le plus volé : à ce jour, 642 œuvres volées dont une « Tête de cheval » en 1962.

Il convient aussi de mentionner la destruction de certaines œuvres lors de catastrophes naturelles, à cause de la furie des hommes (Révolution française, etc)  mais aussi par distraction… Le centre Pompidou déclare notamment entre 10 à 15 sinistres par an (le double pour les prêts extérieurs) dont la « Die Waldaff » de Niki de Saint-Phalle- 1964) que l’on suppose broyée (vous avez bien lu… broyée!) dans le cadre d’un rangement un peu trop poussé des réserves du musée…

Un clin d’œil autant historique que cinématographique avec « La Circacienne au bain » de Maerryl Blondel (1814), seule œuvre d’art emportée à bord du Titanic et qui a coulé avec ses passagers.


Photo : La circacienne au bain

 Et enfin, deux vols notoires dans les musées de Sens avec :         

               – des couverts, une mèche de cheveux et une améthyste ayant appartenu à Napoléon

                                     

           – les globules en or (2012) en partie retrouvés par manque de valeur, fondus…

                            


                                                                     * * * * * * *


Conférence “L’Afrique du Sud, une démocratie contrastée” du 27/02/2021 (Raphaël Porteilla)

                  – conseils de lecture:

                      liste bibliographies (envoi par email du conférencier)

                  – références de films:

                        . “Mandela et les autres” 

                        . “Zulu” de Carryl Ferey 

                        . Ndebele (reportage BBC et Arte)

                   – photo des maisons colorées sud-africaines

                   – une oeuvre du plasticien Bruce Clarke (en équilibre instable)

                   – un jeune musicien-chanteur à succès: Jeremy Loops en concert 

          

                                                                                                                                             


                                                                           


                                                                                                      * * * * * *

Conférence New York du 30/01/2021 (Olivier Mignon)

               – références de lecture:

                 “New-York, chronique d’une ville sauvage” de Jérôme Charyn et Cécile Bloc-Rodot (Editions Gallimard)

                 ” Histoire de New-York” de François Weill (Editions Fayard)

                – photos (source Google images)

                  notamment la statue de la Liberté en plein Paris, près des ateliers Gaget dont le nom serait à l’origine du mot…”gadget”